L’Humain en procès

Cinq conférences en forme de procès abordant de manière originale cinq problématiques autour de l’humain : Spiritualité avec ou sans Dieu ? – L’humain : machine ou esprit ? – L’humain : fruit du hasard ou d’un projet dans l’univers ? – L’humain : une question de nature ou de culture ? – L’humain : à augmenter ou à approfondir ?


Introduction générale

« L’humain en procès ou 5 joutes oratoires comme au prétoire… », – Jean-François Habermacher, président de l’association Cèdres Réflexion

Ouverture du premier procès

« Une spiritualité avec ou sans Dieu ? Les pièces du dossier », – Pierre Gisel, président du tribunal

Accusation

« Pour une spiritualité laïque qui ne passe ni par Dieu ni par la foi… », – Luc Ferry, procureur

Défense

« Pour une spiritualité du mystère et de l’altérité radicale », – Philippe Capelle-Dumont, avocat de la défense

Questions et délibérations du jury (public)

« La foi est peut-être une réponse trop belle pour être vraie, mais dans certaines de leurs paroisses, les athées ne doutent hélas de rien… »

Réplique de l’accusation

« Toutes les guerres ont une origine religieuse ; elles obéissent d’abord à des passions… Devant les tsunamis et le massacre des innocents, la religion est sans réponse. Dieu est la suppression de tout mystère », – Luc Ferry, procureur

Duplique de la défense

« Toutes les guerres sont un mixte de passions et d’intérêts : nul besoin de religion pour ériger des goulags… Le mal demeure sans réponse philosophique et religieuse, mais il est inhumain d’attendre de l’homme qu’il vive sans foi ni espérance… Dieu n’est pas un besoin, mais une inquiétude », Philippe Capelle-Dumont, avocat de la défense

Le vote du tribunal

« Quels « avantages » pour l’être humain d’avoir une spiritualité avec ou sans Dieu ? »